24 nov. 2011

J'ai chopé un virus

J'ai chopé un virus, un sale truc!
Ça a commencé par une nuit agitée, si agitée qu'elle finit par être blanche. Au matin, la fièvre était là, tapie au fond des entrailles. Pris dans les 40eme, ça tanguait sévère. L’œil était chaud, la main tremblante. Je n'ai compris que lorsque l'épais brouillard qui m'entourait s'est dissipé. J'ai alors vu des hommes et des femmes atteints du même mal, griffonnant des pages et des pages, pris d'une frénésie de dessin. Et vas-y que je te tire le portrait, et vas-y que je te multiplie les points de fuites. Pas une nappe ne résiste. Voila d'où vient ce sale virus: de Clermont-Ferrand. Et tous les ans, peu avant la grippe, arrive l’épidémie. Elle touche tous les âges, et apparemment il n'y a pas de remèdes... je suis foutu!

4 commentaires:

  1. Tu signes les bouts de serviettes en papier? C'est pour les historiens de l'art? :) Sympa en tout cas...

    RépondreSupprimer
  2. sacré virus, mais on en meure pas rassures-toi. (joli boulot)

    RépondreSupprimer